Hellenikon Idyllion

 

     

                                                                              

Voici les informations et événements significatifs de l’histoire de Hellenikon Idyllion :

 

Les débuts de Hellenikon Idyllion


C’est en 1990 que le fondateur de Hellenikon Idyllion, Andreas Drekis, fils d’un prêtre orthodoxe d’Egion, met tout en œuvre afin de développer les idées et les valeurs du centre Hellenikon Idyllion et de les propager en Grèce et dans toute l’Europe. Le but est de conserver des valeurs spirituelles et culturelles en danger de disparition et de les remettre au goût du jour en les faisant vivre d’une manière nouvelle et intense.

 


 

Après avoir obtenu son baccalauréat au lycée d’Egion, Andreas Drekis poursuit ses études en économie nationale à l’université de Berne auprès du professeur Egon Tuchtfeld. En 1968, à l’occasion d’un séminaire portant sur les objectifs de la politique économique, il propose de fonder une nouvelle science : la «science du bonheur national» (par opposition à celle de l’économie nationale). Cette nouvelle discipline, fondée sur la recherche du bonheur, serait menée grâce à la fusion de toutes les sciences régies par l’économie politique. Il s’agirait alors de trouver une méthode efficace afin d’augmenter le niveau de vie. Ce n’est que quinze ans plus tard que cette pensée fera son apparition dans les discussions publiques. Aujourd’hui, psychologues et économistes du monde entier effectuent des travaux sur la recherche du bonheur. Pour lire l’article du Spiegel (avril 2003) cliquez sur : http://wissen.spiegel.de/wissen/dokument.html?id=26740797&top=SPIEGEL&suchbegriff=Gluecksforschung&quellen=%2BBX%2CWIKI%2C%2BSP%2C%2BMM%2CALME%2C%2BMEDIA&vl=0,

 

http://www.wieobensounten.de/pers/emotion/paradies.html

 

Depuis 1990, Andreas Drekis dirige Hellenikon Idyllion à Selianitika. Il en a conçu lui-même l’architecture, convaincu qu'un jardin idyllique inspirerait ses hôtes et conduirait à un échange créatif, musical et culturel. Hellenikon Idyllion est un complexe où l’esprit classique grec et la philosophie sont maîtres. Au milieu du jardin, nos hôtes pourront loger dans des bungalows et dans les appartements de la villa. L’accès au jardin se fait par des escaliers ainsi que par de grandes vérandas et terrasses, à l'ombre des vignes. Nos hôtes peuvent profiter des nombreux fruits du jardin (figues, oranges, citrons, pamplemousses, nèfles, grenades, olives et différentes variétés de raisins)

 

Une bibliothèque gréco-allemande, plusieurs instruments de musique, un pavillon avec un piano à queue, des salles de répétition et deux scènes en plein air sont également à votre disposition. Le complexe jouit de plus d’un emplacement idéal : situé directement au bord de la mer, il offre à ses hôtes à la fois repos, inspiration, échange culturel et créativité musicale, artistique et littéraire. (Pour plus d’informations, cliquez sur : http://www.idyllion.gr/AllgemF.htm).

 

 

Les premiers hôtes à Hellenikon Idylion

 

Un des premiers, en 1991, était Alois Springer, un chef d'orchestre allemand ayant remporté de nombreux prix, comme le prix Koussevitzky-Conducting et le prix Dimitri-Mitropoulos (médaille d’or) de New York. Il a découvert Hellenikon Idlyllion et en est tombé amoureux ! Le collaborateur personnel de Leonard Bernstein, chef d'orchestre de la Philharmonie de New York ainsi que de la Philharmonie Hungarica, deuxième chef d'orchestre de Radio Luxembourg et, pendant plusieurs années, du grand festival de Berkshire Tanglewood aux Etats-Unis, a donc découvert le rêve d’Andreas Drekis. Cela lui a fait penser à la résidence d’été de l’Orchestre Symphonique de Boston à Tanglewood, et malgré ses engagements dans le monde entier, il a décidé d’aider le directeur de Hellenikon Idyllion à réunir des gens sensibles à l’art, dans cet endroit idyllique au bord de la mer grecque.

Après son premier séminaire, il est revenu chaque année à Hellenikon Idyllion – non seulement en tant qu’hôte, mais aussi comme membre du jury et chef d'orchestre, encourageant ainsi compositeurs grecs et orchestres européens. En 2004, il est venu avec son orchestre symphonique des jeunes de Marbourg. Le 5 février 2005, il a dirigé l’Orchestre Symphonique de Berlin pour un concert dans la capitale allemande. Cet orchestre extraordinaire va peut-être lui aussi être amené à découvrir le soleil, la mer et Hellenikon Idyllion… (www.alois-springer.de.)

 

Au cours de l'été de la même année, l’Orchestre symphonique des Jeunes du Schleswig Holstein sous la direction de Hajo Jobs nous a rendu visite ; les 65 membres et Hajo Jobs reviendront cette année en août pour la quatrième fois.

 

Un chœur de 80 personnes ainsi que l'orchestre à cordes d’Oldenburg est venu répéter chez nous en 1991, combinant ainsi visites archéologiques et concerts. 80 musiciens ont donc exécuté dans la salle de l’orchestre philharmonique d’Egion le chant écclésiastique byzantin «Ti ypermaxho» pour lequel le compositeur Nikos Butsinosa a fait l’arrangement pour orchestre et chœur. On comptait parmi le public le compositeur ainsi que l’évêque. Ce fut un grand succès et les auditeurs furent ravis de leur prestation !

 

En 1992, l’Orchestre symphonique des Jeunes de Leipzig (100 personnes) sous la direction du chef d'orchestre Ivan Ivanovits est venu à Hellenikon Idyllion. Le plus grand succès de son programme fut la première représentation de l’œuvre pour orchestre, soprano et ténor de l’Epigramme de Thermopyles en grec ancien «O xein angellein Lakedaimoniois... (O étranger, annonce aux Spartois...)». Cette composition est consacrée aux Spartois sous le commandement de Léonidas, morts dans la bataille aux Thermopyles contre l’armée perse. Nikos Butsinos l’avait composée sur l’ordre d’Andreas Drekis et il l’a chantée lui-même avec sa femme Barbara Luther, Mezossoprane. Les premières représentations ont eu lieu au château de Chlemuzi devant 1500 auditeurs et à Selianitika sur la place principale, face à la mer, en présence du ministre de la défense Spilios Spiliotopulos.
 


Langues, littérature et philosophie

 

Le séminaire international de 2 semaines portant le titre  «Parler, penser et philosopher en grec ancien» a débuté en 1993. Dans le monde entier, il n’y a eu aucune autre pareille initiative pour remettre le grec ancien, la pensée et la littérature de l’antiquité classique au goût du jour. L’idée et l’initiative d’Andreas Drekis font jusqu’à aujourd’hui sensation chez les adorateurs de la civilisation antique. Ce séminaire est  son projet préféré. Jusqu’en 1995 il était dirigé par le philosophe allemand Thomas Fuchs, un excellent connaisseur de la langue grecque. Avec ses recherches, il a créé une base de données pour discuter en attique sur des sujets actuels.

 

Après lui, le philologue et historien Helmut Quack de Husum s’est chargé de la direction du séminaire. Mis à part la littérature grecque ancienne, il apprécie aussi le grec moderne et il aime bien mettre au centre de ses séminaires des sujets philosophiques. Il choisit lui même des textes appropriés et les fait lire et expliquer par les participants. Aainsi pendant deux semaines, le doux son de la langue grecque résonne entre les murs de Hellenikon Idyllion. Beaucoup de participants reviennent pour assister au séminaire de l’année suivante si c’est possible, parce que nulle part ils ne peuvent pratiquer cette langue plus intensivement.

 

Au cours de chaque séminaire, le dirigeant fait des conférences sur des sujets en rapport avec le séminaire, en allemand et en grec moderne, le public intéressé vient de la région d’Egion et de Patras. Les thèmes étaient par exemple  «L’inspiration grecque de Goethe» ou «Les religions de l’antiquité postérieure et le Christianisme ». Vers la fin du séminaire, les participants écrivent eux mêmes des textes en attique, le plus souvent comme dialogues humoristiques qu’ils mettent sur scène. A l’occasion de la représentation finale ils les jouent devant les autres hôtes et les amis de l’Hellenikon Idyllion, sur une des scènes ou sur la pelouse. (Pour plus d’informations cliquez nos sites: http://www.idyllion.gr/InhaltClassG.htm  et http://www.idyllion.gr/Programm2005F.htm)

 

En 1998, Andreas Drekis a fait naître le concours attique. On y rassemble des traités courts, avec un sujet philosophique ou littéraire qu’on peut choisir librement et qui doit être écrit en grec ancien. Ce concours a lieu à l’occasion du séminaire grec mentionné au-dessus et en est déjà à sa septième année. Le gréciste Helmut Quack et d’autres philosophes examinent avec Andreas Drekis les textes présentés, choisissent les gagnants et fixent les prix. (Pour plus d’informations, cliquez ici: http://www.idyllion.gr/InhaltClassG.htm)

 

Au cours des années passées, des conférences de deux jours, des séminaires, des colloques ont  eu lieu dans le jardin de l’Hellenikon Idyllion. On y a traité des sujets littéraires, poétiques et philosophiques de l’antiquité grecque, on a discuté d’auteurs antiques et modernes, comme Sapfo, Homer, Seferis, Sikelianos, Kavafis, Takis Antoniou. La société des écrivains grecs et le magazine littéraire «Omprela» et d’autres personnalités ont assisté aux manifestations, qui comprennent toujours des concerts pour des invités venant d’Athène et de sa banlieue.

 

   

La musique : concerts et concours

 

Jusqu’à aujourd’hui, l’Hellenikon Idyllion a acceullit environ 80 orchestres et choeurs qui ont donné plus de 400 concerts à haut niveau dans des villes grecques comme Patras, Egion, Akrata, Messolongi, Metochi, Nafpaktos, Galaxidi, Amfissa. Pyrgos, Amaliada, Lechena, Olympia, Xylokastron, Loutraki, Korinth, Argos, Athène et sur l’île Kefalonia un grand nombre d’auditeurs ont assisté aux concerts, dont l’entrée était toujours gratuite.

 

Un «concert symphonique boukole» dans le village Peristera sur les pentes de la montagne d’Helmos  où se trouve la source mythologique du Styx a été organisé pour la première fois en 1995 et a été donné par l’orchestre symphonique de Schleswig Holstein. C’était déjà la deuxième fois que les 70 membres sous la direction de Hajo Jobs venaient chez nous. Les jeunes musiciens ont joué entre autre des oeuvres internationales ainsi que des extraits de l’oratorium «Axion esti» de Mikis Theodorakis. On a appelé «festival boukole» ces concerts qui sont organisés depuis 10 ans maintenant pour porter la musique classique dans la montagne grecque et pour offrir comme cadeau aux musiciens et aux auditeurs la sensation d’une musique exécutée dans un cadre naturel avec une source d’inspiration. Dans ce même endroit, à 1200m d’altitude, sous les arbres du square du village, au claire de la lune, les 80 instrumentalistes de l’orchestre symphonique de l’école de musique de Singen (qui a gagné des premiers prix dans des compétitions européennes) ont encore donné un concert, le 31 juillet 2004.

 

Un des événements les plus importants à l’Hellenikon Idyllion était le concours de composition en 2002 qu’Andreas Drekis a offert pour une adaption vocale et symphonique des hymns de la victoire de Pindar. Ce poème était consacré aux vainqueurs des compétitions du pentathlon antique (course, saute en langueur, javelot, disque, lutte) qui avaient lieu dans les sites classiques de Nemea, Olympia, Delphi et Isthmia. La résonance en était grande : 21 compositeurs de 11 pays y ont participé. Les 11 meilleures œuvres ont été couronnés, dont celles de Nikos Konstantinidis (professeur en composition à l’université Lousiana, Etats-Unis). Son œuvre a était représenté en juillet 2002 dans quatre villes en Grèce par l’orchestre symphonique de Strasbourg qui à l’époque séjournait à l’ Hellenikon Idyllion.

 

En septembre de la même année, le choeur de Malta, accompagné d’un piano, a exécuté la lutte, tirée de la composition du gagnant anglais Andrew March, au musée d’Egion en présence du maire de la ville. L’année passée, une autre oeuvre lauréat, celui du compositeur Spyros Mazis, a été présenté au public par l’orchestre symphonique et le choeur de Meran en Italie sous la direction du conducteur Richard Sigmund : le 21 août au théâtre antique d’Argos, le 23 août au théâtre antique d’Oiniades et le 26 août à l’ Hellenikon Idyllion. C’étaient des événements extraordinaires et pour les interprètes et pour le public. Reste à mentionner que les membres du jury étaient : le professeur de composition de l’Université des Arts à Viennes Werner Schulze, le conducteur allemand Alois Springer et le conducteur grec Rafail Pylarinos. (Pour plus d’informations cliquez : http://www.idyllion.gr/kompositionswettbewerb.htm (en allemand seulement)
et  http://www.idyllion.gr/Highlights2004F.htm).

 

À beaucoup de jeunes doués - Grecs et Etrangers - on a donné la possibilité de faire un récital au cours d’un événement ou de jouer comme solistes accompagnés par un des orchestres invités. Parmi eux étaient des enfants prodigues comme la fille de 8 ans Sophie Moser, le garçon de 11 ans Werner Schnitzer et Konstanze Ziemmann, 15 ans, les deux premiers étant des lauréats en violon, la troisième, en piano, au concours  «Jugend Musiziert» de la République Fédérale d’Allemagne.

Du coté grec, des lauréats des concours nationaux et internationaux ont participé, par exemple Vassilis Varvaressos, Marianna Katerelou , Viki Janoula,  et Marios Kazas, tous des solistes en piano, qui ont joué avec nos orchestres. L’année passée, l’enfant prodigue Arsenis Selalmasithis (13 ans), soliste en violon de Patras, a exécuté des oeuvres de Paganini et de Mendelson.


Le conducteur Walter Kempfel, un des plus grands conducteurs avec une réputation internationale, a été chez nous avec son orchestre en 2003 et a donné des concerts. Il a déjà dirigé les Philharmonistes de Berlin et l’orchestre philharmonique de Tokyo. En septembre 2005, il viendra avec son orchestre professionel «Bavarian Classics» de Munich. Des solistes grecs sont aussi prévus au programme ; on représentera des oeuvres de Mozart (Pour plus d’informations cliquez http://www.idyllion.gr/Programm2005F.htm)



 

Projets actuels

 

Cette année, en 2005, on va loger 9 à 11 orchestres et chœurs – nombre important dont nous sommes fiers. Dès maintenant l’organisation de 40 concerts dans plusieurs villes en Grèce a commencé, sans tenir compte des représentations dans notre jardin des Muses.

 

De plus, deux grandes manifestations littéraires et artistiques seront organisées cette année. L’Allemand Franz Kaprik, étudiant en philosophie, est en train d’écrire un libretto en grec ancien pour un opéra dont l’action se déroule au temps de l’antiquité. Bientôt on va annoncer un concours international pour l’adaption symphonique du texte.

 

Et «Anchibasie – la Philosophie comme Muse», œuvre du professeur Werner Schulze, compositeur, scientifique et professeur universitaire (www.werner-schulze.at) verra sa première représentation au jardin de l’Hellenikon Idyllion. Cette œuvre, inspiré des fragments des philosophes Empédocle et d’Héraclite, sera donnée le 21 août par l’ensemble musical Dithyrambos de Viennes, en présence du compositeur. Avant la représentation même, Werner Schulze fera un séminaire/conférence à l’Hellenikon Idyllion, dont le sujet sera : «L’harmonie cachée est plus puissante que l’harmonie manifeste - fragments d’Héraclite et le Timaios de Platon». 

 

En 2001, l’Hellenikon Idyllion a fondé l’association (d’utilité publique) «Les amis de l’Hellenikon Idyllion» pour rendre plus connu ses buts avec l’aide des membres actifs de l’association, tous amants de la culture. Parmi les membres honoraires il y a le professeur de l’université technique et ancien ministre des affaires culturelles de la Grèce Dimitris Nianias et l’entrepreneur gréco-américain Theodoros Spyropoulos, président du conseil gréco-américain.

 

Reste à mentionner que depuis 2002, il y a des étudiants et étudiantes chez nous qui font un stage en gestion culturelle et touristique. Ils nous aident à organiser les projets divers de l’Hellenikon Idyllion.

 

 

Pour trouver plus d’ informations voir notre site Internet www.idyllion.gr.

Pour des articles de presse grecque et internationale, qui se consacrent aux manifestations culturelles que nous avons offertes au public des villes grecques ou bien à notre jardin sans pareil, idyllique, dans l’esprit d’Epicure, cliquez http://www.idyllion.gr/PresseE.htm

Pour nous contacter: email: hellenikon@idyllion.gr, tél. 0030-26910-72488,

fax: -72791